Réservez votre escapade en France dès maintenant

Avec plus de 25 millions d’habitants, New York est la 2ème mégalopole du monde, et certainement la ville la plus attractive.
Chaque année, la ville qui ne dort jamais séduit près de 65 millions de visiteurs, américains et étrangers, avec les rooftops de Times Square, les musées d’art contemporain du MET ou du MOMA et les comédies musicales de Broadway.

Quel que soit votre pays d’origine, une partie de son histoire est liée avec cette ville qui s’est entièrement construite grâce à l’accueil d’immigrés.
Chacun à notre façon, nous sommes subjugués par un pan de son passé, un quartier de cette ville cosmopolite, une œuvre architecturale ou artistique parmi toutes les richesses qu’elle possède.

Dans cet article, nous vous proposons de visiter New York autrement, à travers trois lieux à la fois incontournables et insolites, touristiques et locaux, historiques et modernes.

1. La High Line, un instant de zénitude au milieu de votre séjour

Prenez de la hauteur et découvrez la skyline de New York à 10 mètres au-dessus du sol. Cet écrin de verdure est une promenade de 2,3 km à travers les buildings des quartiers de Chelsea et de Meatpacking District.

Cette ancienne voie ferrée des années 30 a été réhabilitée pour le plus grand plaisir des familles new-yorkaises, des joggeurs du dimanche ou encore des touristes étrangers. Pas d’animaux, ni de cigarettes, la High Line est une vraie bouffée d’air pur dans le tumulte de la ville en contrebas.

Contrairement à Central Park, elle offre des points de vue uniques sur l’Empire State Building et l’Ouest de Manhattan. Arrêt incontournable au 10th Avenue Square, où une esplanade surplombe la ville et vous plonge au cœur de la circulation de la 10ème avenue, grâce à ses baies vitrées.-

Ce parc suspendu vous emmène dans le nouveau quartier de Hudson Yards, où depuis 2019, le Vessel accueille les plus courageux à 45 mètres de hauteur.

L’escalier sans fin, une spirale composée de quelques 154 escaliers et 2500 marches, emmène ses visiteurs vers une perspective inédite sur la Grande Pomme.

2. Le street art, et le revival des quartiers

La ville de New York fut le berceau de l’art urbain, dans les années 1970. Au début du mouvement, les street-artistes étaient considérés comme des artistes indépendants et rebelles, exprimant leur créativité sur les murs de la ville.

Réalisées majoritairement sous forme de graffitis, ces œuvres éphémères sont représentatives de la culture américaine, de son histoire et de son actualité. Comme le montrent le mouvement Black Lives Matter et les nombreux portraits de George Floyd qui ornent les façades ou les ponts des villes américaines

Harlem, le Bronx ou Brooklyn renaissent de leurs cendres et laissent au passé cette image de quartiers non fréquentables. Les habitants se réapproprient les rues, les artistes se pressent vers les usines désaffectées. Les touristes déambulent au milieu de ces œuvres artistiques, admiratifs des couleurs, de la diversité, de la richesse et du foisonnement de ces fresques.

Bushwick est un véritable musée de street-art à ciel ouvert. Ce quartier, situé de l’autre côté du pont de Brooklyn, est le nouveau lieu incontournable de la culture underground de New York avec ses marchés vintage, ses créateurs artisanaux et ses produits culinaires « made in Brooklyn ».

3. Ellis Island, et l'histoire des États-Unis

Il n’y a pas de meilleure façon d’admirer la ville de lumière et sa skyline que de prendre un peu de hauteur… ou le large !
Un simple tour de ferry suffit pour avoir une vue de Manhattan depuis l’Hudson. Ou vous pouvez opter pour une visite combinée de la Statue de la Liberté et d’Ellis Island, qui abrite le musée de l’immigration.

Cette petite île est la première terre américaine, que plus de 12 millions d’immigrés ont foulé dans l’espoir d’accéder à « l’American Dream ». Pendant plus de 3 heures, vous partez à la rencontre de ces hommes et de ces femmes, écoutez leurs histoires aussi émouvantes que pleines d’espoir.

Le musée est une pépite pour comprendre l’histoire de ce pays, ses racines multiculturelles et ses vagues migratoires. Il met en exergue les valeurs d’espoir et de liberté, toujours présentes et si chères aux américains.

Walt Disney, Joséphine Baker, Albert Einstein ou encore JF Kennedy, tous sont arrivés par la “Golden door”. Les 12 millions d’étrangers entrés entre 1892 et 1924 ont créé les États-Unis d’Amérique tels qu’ils sont aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *