Réservez votre escapade en France dès maintenant

Petit pays, l’Arménie compte plus de 3 millions d’habitants. J’ai eu la chance de pouvoir en parcourir une partie lors d’un voyage du 5 au 10 Novembre 2019. Chance doublée, puisque je suis partie avec un petit groupe. Nous étions 4, Marat le chauffeur, Sona la guide, Pascal Responsable d’agence à Bordeaux et moi-même.

Je n’aurai jamais pensé mettre les pieds en Arménie. Pour être honnête, je situais plus ou moins ce pays et ne connaissais même pas sa capitale. Je suis donc partie avec une folle envie de le découvrir ; tout en ne sachant pas ce qui allait m’attendre tant au niveau des paysages, de la culture, de la langue, de la nourriture, de la religion, de l’histoire, de l’accueil et de la Beauté de ce pays.

Donc me voilà partie, loin de la grisaille normande. Après 4h30 de vol, je rejoins Pascal, Sona et Marat à l’aéroport de Yerevan, la Capitale. Il est tard, nous partons directement à l’hôtel pour nous coucher et pouvoir attaquer le lendemain sur les chapeaux de roue !

Nous partons directement vers le Panorama le plus connue de l’Arménie, le Mt Ararat depuis le monastère Khor Virap. Cependant, le Mt Ararat est en Turquie. Nous nous trouvons donc à quelques kilomètres de la frontière avec les turcs.

Nous continuons ensuite notre route pour un autre monastère, mais cette fois-ci, perdu dans la montagne ; le monastère de Noravank datant du XIII° siècle. L’Arménie possède beaucoup de monastères. Beaucoup étant cachés dans la montagne ou de denses forêts, n’ont donc pas été détruits par les soviétiques ou les turcs.

Nous finissons notre journée par la visite de 2 lieux assez étonnants, la Grotte d’Areni qui comporte de très vieilles amphores où le vin était entreposé. Puis enfin, nous atteignons Zorats Kanur, qui  n’est autre qu’un rassemblement de pierres qui forme des maisons ou des menhirs. Nous apprenons donc qu’il y a très certainement un rapprochement à faire entre nos amis bretons et l’Arménie. La ressemblance va jusqu’à certaines recettes de cuisine, troublantes par leur similarité.

Notre deuxième journée, se déroulera en montagne. Nous le comprenons vite avec la température extérieure en matinée et en soirée, autour de 2, 3°. Cependant en journée, la température monte jusqu’à 15°, avec un magnifique soleil. Nous partons à la visite du monastère de Tatev qui surplombe une superbe vallée. Vallée, que nous traversons grâce à un téléphérique, ce qui nous offre un panorama à 360°.

Nous poursuivons ensuite par de la route de montagne afin de rejoindre le Lac Sevan. Pour cela, nous passons le col de Selim qui se trouve à 2410m. La neige est présente sur les hauts sommets. L’Arménie compte quelques petites stations hivernales.

Après la nuit passée à Dilijan, nous allons visiter la ville avant de partir à la visite du monastère de Hagharstine perdu en pleine forêt. En traversant cette forêt, nous nous rendons compte que de nombreuses aires de pique-nique ont été construites. Notre guide nous explique que cet endroit est très prisé des écoliers lors de sorties scolaires et même des arméniens. La forêt, avec ses couleurs automnales ,est magnifique.

Afin de remonter en direction de Yerevan, nous contournons le Lac Sevan, qui ressemble presque  une mer intérieure. Le soleil est toujours de la partie, ce qui fait scintiller magnifiquement le lac.

Nous rejoignons la capitale : Yerevan, pour repartir au nord de celle-ci afin de rejoindre Etchmiadzine. Cette dernière est le centre de l’Eglise apostolique d’Arménie. Une des 3 lances supposées qui aurait achevé le Christ y est entreposé. C’est donc un grand lieu de culte pour toute la chrétienté. La photo de droite est l’entrée du site qui sert également d’église à ciel ouvert.

Nous allons ensuite déjeuner dans un endroit magnifique destiné aux rencontres intergénérationnelles. Les groupes scolaires viennent faire des activités, pendant que les personnes âgés, encore apte à travailler, s’occupe du service, de la cuisine ou encore de l’encadrement des enfants. Cet endroit est réellement hors du temps et rempli d’espoir !

Nous finissons notre journée par les vestiges de la cathédrale de Zvarnots. C’est la deuxième image d’Arménie la plus connu, après le Mont Ararat. Et si vous avez vraiment de la chance, vous apercevrez le Mont Ararat en arrière-plan des vestiges.

Pour notre dernier jour avant le départ le lendemain matin, nous allons visiter 2 endroits emblématiques de la ville. Le premier me submerge d’émotion tant l’humanité a été mis à mal lors du Génocide arménien. Il s’agit là du mémorial nommé Tsitsernakaberd, en souvenir de ce massacre par encore reconnu par tous les pays du monde.

Nous allons visiter l’institut des manuscrits de Mesrop Machtots, le créateur de l’alphabet arménien. Notre guide a été génial et nous a montrés de magnifiques manuscrits très anciens, pour certains finement enluminés. D’autres avaient des reliures en ivoire très délicatement sculptés. Cette visite a été surprenante, car je n’aurai pas pensé être autant intéressée.

Pour finir la journée, notre guide nous emmène visiter le temple païen de Garni, reconstruit après l’époque soviétique. Ce temple à l’allure grecque surplombe un canyon dans lequel nous descendrons quelques instants plus tard. Ce canyon est original et ressemble à la chaussée des géants en Irlande, mais inversé

Pour notre dernière soirée, nous allons dans un restaurant folklorique arménien où nous apprenons, mêlé à la population, comment danser comme en Arménie.
Nous décollons le lendemain avec Pascal pour rentrer à Paris. Nous partons face au mt Ararat qui encore une fois est dégagé, comme s’il voulait nous dire Au Revoir et non Adieu, pour sûr !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *